Comment travailler sa voix ?

 

On ne reviendra pas sur l’importance de la voix dans la séduction, c’est un aspect de la communication non-verbale qui tient une place de choix de la panoplie de l’homme séduisant.

La voix sert aussi (et surtout) à se faire entendre, et dans certaines situations, cela peut-être assez délicat : je pense notamment aux boîtes de nuit ou aux bars dans lesquels le niveau sonore est élevé.

Et forcément, avoir une petite voix (entendre par là une voix faible et facilement fatigable) ne vous aidera pas beaucoup. 

J’avais moi aussi une “petite voix”, qui m’empêchait de me faire entendre dans les endroits bruyants, et qui devenait rapidement “cassée” lorsque je forçais un peu dessus. J’ai fait appel à mon ami Laurent qui pratiquait assiduement le théâtre et s’exprimait souvent en public, qui m’a conseillé des exercices pratiques qui se sont avérés extrêmement efficaces pour renforcer ma voix et améliorer mon élocution.

 


 

La puissance, la projection et l’élocution.

 

Il y a trois types d’exercices :  
La puissance, la projection et l’élocution. 

Exercices de puissance

La puissance vient de votre diaphragme. Le diaphragme est un muscle, et comme tous les muscles, c’est en le faisant travailler qu’il deviendra de  plus en plus efficace. Avec cet exercice, vous allez donc “muscler” votre voix ! Allongez-vous sur le sol. Relevez les genoux et posez vos pieds à plat à environ 30 centimètres de vos fesses. Vous allez inspirer par le nez pour remplir totalement  vos poumons. Cette opération doit durer environ 6 secondes. Ensuite vous allez expirer avec un petit souffle continu par la bouche. Vous devez tenir le plus longtemps possible en soufflant. Essayer de tenir au moins 30 secondes. De séance en séance, vous soufflerez de plus en plus longtemps. Votre diaphragme sera alors plus musclé. A terme, vous serez capable de souffler pendant pas loin de trois minutes ! Au total, L’exercice doit durer 10 minutes. Essayez de le faire 2 à 3 fois par semaine au début. Quand votre diaphragme sera bien musclé, il ne s’agira plus que de l’entretenir. Une fois par semaine sera alors largement suffisant. 10 minutes, ça peu paraître long, alors profitez de cet exercice pour écouter de la musique. N’oubliez pas de vous chronométrer afin de ne pas vous lasser avant la fin.

  • Exercices de projection

Echauffement de la voix

Debout, en marchant, prenez une grande inspiration abdominale (c’est à dire que c’est le ventre qui se gonfle, et non les poumons) par la bouche ou par le nez. (Alternez, une fois l’un, une fois l’autre). Lèvres décollées, dents écartées d’un demi centimètre, vous allez émettre des sons. Le but est de sentir une vibration dans toute votre poitrine, votre gorge ainsi que dans votre bouche et vos dents. Prenez conscience de toute votre caisse de résonance, des différentes parties qui vibrent pour les différents sons. Essayez toutes les voyelles et essayez de les combiner avec des ‘M’ ou des ‘J’ : IIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIII OOOOOOOOOOOOOOOO MMMMMAAAMMMUUUUUU AAAAAAAAAAAAAAAAAA UUUUUUUUUUUUUUUUUU JIJIJIJIJIIIIIIIIIJIIJJJIIIIIII etc. Faites cet exercice pendant 5 minutes. Expérimentez le plus de son possible. Si vous ne sentez jamais vibrer vos dents ou d’autres parties de votre corps, c’est que vous le faites mal. Essayez de bien faire partir le son du plus profond possible de votre cage thoracique. Les sons comme JJIJIJIJJIIIJI devraient faire vibrer vos dents alors que les OOOOO ou les ahahahahah devraient vous faire vibrer plus en profondeur, poitrine, cage thoracique, etc. Je répète qu’il est très important de prendre conscience de votre “caisse de résonance” à l’aide de ces vibrations. Chuchotement  Maintenant que vous êtes échauffés, vous allez passer à la projection à proprement parlé. Le premier exercice vous apprendra à projeter votre voix sans forcer sur vos cordes vocales. C’est un peu abstrait au début, mais nous allons voir tout de suite comment procéder : Le puissance du son que vous projetez doit venir du ventre. C’est pourquoi l’exercice de puissance doit être réalisé consciencieusement !  
C’est en propulsant l’air à l’extérieur de vos poumons que vous allez projeter votre voix le plus loin possible. Quand on chuchote, on fait porter notre voix sans faire trop vibrer nos cordes vocales. Comme tout le monde (ou presque) est allé à l’école maternelle, je pense que vous voyez de quoi je parle. Il ne s’agit pas de parler doucement ! Il s’agit de chuchoter le plus fort possible afin d’apprendre à faire porter sa voix sans trop utiliser vos cordes. C’est de cette manières que les professionnel(le)s utilisent leur voix pour parler fort et longtemps sans casser leur voix. Mettez vous debout, face à un mur. Les pieds écartés de la largeur du bassin. Veillez à ce que votre colonne d’air soit bien droite, comme si votre corps était suspendu à un fil qui partirait du sommet de votre crâne. Chuchotez le plus fort possible, comme si vous vouliez qu’on vous entende de l’autre côté du mur. Au début, mettez-vous à 5 mètres du mur puis de séance en séance, reculez vous. Faites cet exercice pendant au moins 5 minutes. Bien sûr, vous n’arriverez sans doute jamais à chuchoter assez fort pour qu’on vous entende de l’autre côté d’un mur qui se situe à 10 mètres. Mais c’est en se fixant des objectifs ambitieux qu’on obtient de bons résultats. Projection de voix

Vous êtes exactement dans la même position que pour l’exercice précédent. Vous allez maintenant réellement projeter un cri. Ne faites surtout pas cet exercice sans vous être échauffé la voix. Vous risqueriez de vous faire mal et d’avoir des petits soucis pour parler pendant quelques jours. La corde vocal, contrairement au diaphragme n’est pas un muscle. Il est donc inutile d’essayer de l’entraîner, vous n’arriverez à rien. Voilà pourquoi il est absolument nécessaire de maîtriser l’exercice précédent avant de vous essayer à celui-ci. Remplissez toute votre caisse de résonance. Vous avez appris à l’identifier avec l’échauffement. Faites le en moins de 2 secondes avec le nez. Il va falloir la vider d’un coup, avec un seul cri puissant. Le plus puissant possible. Vous devez projeter votre cri de l’autre côté du mur. Il ne s’agit pas qu’on vous entende de l’autre côté, il s’agit que le mur s’écroule ! Évidement, vous n’arriverez sans doute jamais à écrouler le mur ! Mais comme pour l’exercice de chuchotement vous devez vraiment essayez d’atteindre l’objectif afin d’avoir le meilleur résultat possible. Les premières fois où vous réaliserez cet exercice de projection, veillez à ne pas avoir à forcer sur vos corde vocales. Pour se faire, vérifiez que vous n’avez pas de douleur, parlez normalement et vérifiez que votre voix n’est pas altérée. Peut-être que vous constaterez que sans forcer vous aurez tendance à parler plus fort que d’habitude. C’est normal, c’est le but de l’exercice. Ne faites qu’une dizaine de cri par séance. C’est suffisant.

  • Exercices d’élocution

J’ai bien conscience qu’il faudrait une petite démonstration car pour l’élocution… l’écrit n’est pas l’idéal. A force de pratiquer, vous deviendrez meilleur de toute façon. Il est nettement plus marrant et plus facile de réaliser cet exercice à deux. Choisissez un extrait de pièce de théâtre, une chanson ou n’importe quel texte. Il doit être assez court. Pas plus d’une minutes pour le dire, mais plus de trois phrase si possible. Exemple : Mais parmi les chacals, les panthères, les lices, Les singes, les scorpions, les vautours, les serpents, Les monstres glapissants, hurlants, grognants, rampants, Dans la ménagerie infâme de nos vices, Il en est un plus laid, plus méchant, plus immonde! Quoiqu’il ne pousse ni grands gestes ni grands cris, Il ferait volontiers de la terre un débris Et dans un bâillement avalerait le monde; C’est l’Ennui!- l’œil chargé d’un pleur involontaire, Il rêve d’échafauds en fumant son houka. Tu le connais, lecteur, ce monstre délicat, – Hypocrite lecteur, – mon semblable, – mon frère! Les Fleurs du Mal de Charles Baudelaire “Mâcher” le texte : Débit lent

Asseyez-vous par terre, en tailleur. L’un en face de l’autre si vous êtes deux. Lisez (dans votre tête) un bout de phrase ou un ver. Relevez vous et fixez la personne qui est en face de vous dans les yeux si vous êtes deux, ou regardez droit devant vous si vous êtes seul. Prononcez votre bout de phrase en articulant chaque syllabe lentement. Un peu à la manière d’une personne qui veux expliquer quelques choses de trivial à une personne bête ou un enfant : “LES VA-CHES MAN-GENT DE L’HER-BE”. Profitez en pour travailler votre mémoire, ça ne fait jamais de mal. Mais à force de tourner le texte en boucle, vous n’aurez plus besoin de regarder votre feuille et vous pourrez vous concentrer uniquement sur l’élocution. Attention, si vous êtes deux, pendant que l’autre parle, on ne regarde pas son texte, on l’écoute et on le regarde droit dans les yeux. Cela permet aussi de travailler l’écoute et le contact visuel. Jouez avec toutes les syllabes afin de les faire résonner de toutes les manières possibles. Amusez vous à prendre des accents (ch’ti, marseillais, canadien…) Amusez-vous à le dire en colère ou joyeux. Faites semblant d’être bourrés ou complètement stone. Expérimentez toutes les manières de dire un texte en gardant à l’esprit qu’il faut mâcher toute les syllabes. Amusez-vous vraiment avec cet exercice, sinon il va vite devenir pénible et inefficace. Passez-y au moins 15 minutes. Débit rapide

Une fois que vous connaissez une peu mieux le texte, vous allez le dire le plus rapidement possible. Il n’y a plus de ponctuation, plus de virgule, plus de point, plus rien. Juste des syllabes qui se suivent et s’enchaînent. Il n’y a même plus de mots… Il n’y a plus de pauses du tout : “etdansunbâillementavaleraitlemonde” Dites le texte jusqu’à ce qu’il n’y ai plus d’air dans vos poumon. Vous pouvez vous arrêter n’importe quand, même au milieu d’un mot. Reprenez votre souffle et dite la suite.  Passez le texte au moins 4 fois. Débit Alterné.

Passez maintenant le texte en alternant lent et rapide. Changez de mode de manière aléatoire. N’importe quand, au milieu d’un mot ou entre deux mots, passez de lent à rapide et de rapide à lent. Passez le texte plusieurs fois.  Virelangue A la fin de votre travail, vous devez être meilleur que d’habitude à ce petit jeux enfantin, les virelangues, dont voici quelques exemples (vous en trouverez plus dans le lien wikipédia) :

  • Didon dîna dit-on du dos d’un dodu dindon, mais si Didon dîna du dos de ce dodu dindon, c’est que le dos dudit dindon céda aux doux et doctes coups de ladite Didon.
    Didon dîna, dit-on, du dos dodu d’un dodu dindon. Du dos dodu du dodu dindon dont Didon dîna, dit-on, il ne reste rien.
  • Si six scies scient six cyprès, combien de cyprès scient six cent six scies ? 
  • La grosse cloche sonne. (=> la grosse cochonne)
  • L’abeille coule. (=> la belle couille)

Essayez par exemple au début et à la fin de la scéance d’en répéter un en boucle le plus vite possible. Vous constaterez vite vos progrès de séance en séance. Tous les gens qui n’arrivent pas à se faire entendre n’ont pas forcement besoin de travailler leur élocution, mais la projetion et la puissance sont généralement des passages obligatoires ! Alors bon courage et au travail !

 

Découvre aussi mes articles 

Comment draguer de la touriste ?

Où draguer dans Paris ?

Inscris toi à la newletter et reçois un Ebook offert qui va t’apprendre les secrets pour bien débuter en séduction +5 vidéos de drague