fbpx

Comment draguer dans le métro ? le tramway ?

Parmi les lieux de drague les plus prisés, on retrouve les boîtes de nuit, la rue bien sûr, les cercles d’amis… Mais on entend trop peu parler des transports en commun. Et puis, ces temps-ci ce blog était très sérieux, il était temps de détendre un peu l’atmosphère.

J’ai donc décidé de vous faire bénéficier de conseils sur un de mes domaines d’expertise. Fort de plus d’une centaines d’approches en transports en commun au cours de l’année dernière, j’ai eu envie de partager les 7 lois de la drague en ce lieu si spécial.

Voici donc le seul, l’unique, le très attendu

Guide de la drague en tramway (et métro) !

Pour commencer, il est important de rappeler les bases.

Guide de la drague en tramway (et métro) !

Pour commencer, il est important de rappeler les bases.

Un tramway est un transport en commun, comportant généralement trois rames ou plusieurs, et plein de jolies filles à l’heure de pointe.

Cette définition implique que c’est un endroit fermé, ce qui signifie qu’une fois que vous avez commencé à parler à quelqu’un et que la conversation a accroché (vous avez atteint le social hook point), eh bien… la ou les personnes à qui vous parlez ne peuvent pas se barrer. A moins de descendre en avance ou de vous mettre la honte devant tout le monde, mais si vous êtes un lecteur de ce blog, vous êtes sans doute assez intelligent pour ne pas être catalogué boulet au bout d’une minute de conversation.

Il y a beaucoup de petits détails pratiques qu’il est bon de connaître pour être un as de la drague dans le tram.

Contraintes et avantages du tramway 

Je l’ai dit plus haut, le tramway est un transport en commun (à Paris, nos très sympathiques contrôleurs). Pour être opérationnel à tout instant, je recommande vivement de vous munir d’une carte vous permettant de voyager

technique n°1 : le stakhanovisme de la drague. 

Armé d’un abonnement mensuel ou hebdomadaire, il est possible de :

Prendre le tram à l’arrêt 1. draguer jusqu’à l’arrêt 2. Reprendre le tram dans l’autre sens ou sur une autre ligne. Recommencer jusqu’à l’arrêt 3. Voir une fille qui monte dans un tram dans l’autre sens. Courir pour changer de tram. Et ainsi de suite.

Tous les arrêts et trajets de tram ne sont pas de bons « spots ». D’où 

la technique n°2 : la concentration des efforts.

Optimalement, il faut démarrer 3 ou 4 arrêts avant l’hypercentre de la ville, aller jusqu’à 3 ou 4 arrêts de l’autre côté, descendre et revenir dans l’autre sens. Avantages :

  • évite les longs trajets en rase campagne dans un tramway vide.
  • permet d’etre assis (si vous montez à Paris à l’arret commerce en heure de pointe, vous allez souffrir)

    Maintenant qu’on sait monter dans le tram et où monter / descendre, il faut un plan d’action.

    Un placement géographique voire géostratégique idéal

    (je m’enflamme un peu sur les titres je suppose 😉 )

Un tramway a trois rames, qui sont : l’arrière, le milieu, et l’avant (jusque-là tout le monde suit).

Il peut y avoir des filles dans n’importe laquelle de ces rames. Comment être sûr de toutes les repérer ? C’est très simple.

Technique n° 3 : le placement.

A l’arrêt de tram, il faut attendre le tram en queue de station

De cette façon le tramway passera tout entier dans votre zone visuelle : 

Vous allez ainsi pouvoir repérer un certain nombre de « HB » (Hot Babes, qu’on pourrait traduire par Hyper Bonnasses).

Technique n°4 : Le trajet

Votre trajet optimal ressemblera un peu à ça : montée à l’arrière et remontée vers l’avant du tramway. Les filles préfèrent généralement être assises dans le sens de la marche (si vous n’aviez pas remarqué, vérifiez par vous-mêmes avant de la ramener Laughing). Donc en montant à l’arrière vous évitez :

  • d’être grillé après avoir abordé trois autres nanas,
  • d’avoir à courir à l’avant du tram pour monter (vu qu’on a attendu le tram en queue de station… faut suivre…)

Technique n°5 : l’art et la manière

Ne pas s’asseoir. NE PAS s’asseoir ! On ne s’assied que si la fille est « bien » accrochée. S’asseoir prématurément c’est prendre le risque de se retrouver coincé avec une fille inintéressante ou fermée ou moins jolie que celle qui monte juste après que vous vous soyez assis !

Dans le cas extrêmement rare où vous êtes forcé de vous asseoir, à cause de votre sciatique ou autre scénario catastrophe, quel est le placement optimal ?

J’ai testé des dizaines de situations différent

s et j’ai pu arriver à une conclusion surprenante quant aux différents placements. 

Notons 2A le placement « deux sièges en face à face », 2B le placement « deux sièges en face à face à côté d’un groupe de 4, et 4 le placement en groupe de 4.

Nota Bene : Je laisse de côté le placement où la fille est directement face à une paroi du tram (si, si), parce que pour draguer dans cette position il faut rester debout ou faire à la fille changer de place. Et le genre de fille qui se positionne là alors qu’il y a de la place dans le tram n’est pas très avenante de toute façon.

Je pensais quand je n’avais pas encore d’expérience de drague tramwayistique, que le placement 4 était optimal (en se mettant coté couloir, comme ça ça donne 5 possibilités qu’une HB vienne s’asseoir à proximité).

FAUX !

Technique n°6 : laisser de l’espace

Les placements 2A et 2B sont les meilleurs ! Ils permettent à un groupe de 1, 2, 3 ou 4 filles de se placer à proximité, prêtes à se faire aborder avec classe. Et asseyez-vous dans le sens contraire à la marche bien sûr.

Maintenant, on a abordé la fille et on est dans le vif du sujet. La PREMIERE question à laquelle il faut penser, la plus importante pour des raisons évidentes de logistique, est :

Technique n°7 : tu vas où ?

La phrase d’approche est pas super importante, tu peux utiliser une des phrases disponible dans mon guide          « Les meilleures phrases d’approche » catégorisées par situations

A éviter :

  • tu descends où ?
  • on descend où ?

A préférer :

  • tu reviens de la fac, là ? tu vas où ? (la première question est une fausse question parce qu’on s’en fout)
  • tu allais faire ton shopping ? tu vas où ? (idem)
  • vu la taille du sac que tu trimbales, tu vas devoir poser ça chez une amie avant de te balader en ville non ? tu vas où ?

Et là, comme par magie…

  1. Bien sûr, c’est aussi votre arrêt ! (débutant). OU
  2. Bien sûr, vous descendez avant, avec son numéro, et reprenez le tram dans l’autre sens (entraîné). OU
  3. Bien sûr, vous descendez au terminus, et elle reste dans le tram avec vous jusqu’au bout, vous suit jusqu’à l’immeuble de votre boulot et vous donne son numéro, adresse postale, email et vous invite à manger des crêpes (Laughing). OU
  4. Bien sûr, vous la chopez directement dans le tram deux stations avant son arrêt, et elle a le temps de se rhabiller avant de descendre en vous faisant un grand sourire (ça j’ai pas encore fait, s’il y a des témoignages je suis preneur).

En résumé donc : 

  1. Prévoir du temps libre, une carte transports illimitée
  2. Bien choisir son trajet
  3. Se mettre à l’arrière de l’arrêt
  4. Faire tout le tram d’arrière en avant
  5. Ne pas s’asseoir /Ne s’asseoir qu’après avoir accroché
  6. Si obligé de s’asseoir, bien choisir sa place
  7. Demander où elle descend

Cas particuliers

Le métro

Le métro n’est pas si particulier que cela, à part que l’on ne peut souvent pas changer de rame directement. Du coup, il faut descendre de sa rame et remonter dans la suivante. Une fois que vous savez ça, vous êtes prêt au métro. A noter aussi que le bruit est beaucoup plus élevé, ce qui rend la drague pénible ; par contre il y a souvent beaucoup plus d’espace « sargeable » pour les allers/retour dans les grandes villes comme Paris.

 

Voilà, vous avez maintenant toutes les clefs en main pour devenir le roi de la ville. Contrairement aux carrosses, les tramway ne se changent jamais en citrouilles et sont disponibles à volonté. Enjoy !

Inscris toi à notre newsletter

Tu as reçus le mail, bravo